Dernières nouvelles du LHC

06-03-2009.

Le secteur 6-7 est à présent ramené à température ambiante et les travaux d’ouverture des interconnexions entre l’aimant défectueux et ses voisins ont commencé. L’aimant en question, qui présente une résistance élevée au niveau d’une connexion interne, sera retiré et inspecté.

Le premier prototype du nouveau système d’ancrage destiné à certaines des sections droites courtes a été installé sur un des aimants dans le tunnel. Les nouveaux supports sont destinés à renforcer les sections droites courtes comportant des barrières à vide.

Lors de l’incident survenu en septembre dernier dans le secteur 3-4, la pression exercée par l’hélium sur les barrières à vide avait fait sortir certaines sections droites courtes de leur ancrage, ce qui avait occasionné des dommages secondaires à une certaine distance à partir du point d’origine de l’incident. Comme le nouveau dispositif de protection contre la surpression, le nouveau système d’ancrage fait partie du programme de consolidation de la machine.

La production démarrera dès que le feu vert sera donné. Le nouveau système sera installé in situ sur tous les aimants concernés, 104 au total.

Examen du système de protection contre les transitions résistives

La semaine dernière, le système de protection renforcée contre les transitions résistives a fait l’objet d’un examen complet par un groupe d’experts issus d’autres laboratoires de physique des hautes énergies dans le monde, notamment les laboratoires FNAL et BNL (États-Unis), DESY (Allemagne) et ITER.

Ce système de protection renforcée contre les transitions est constitué de deux éléments séparés : le premier permet de protéger les aimants en détectant les connexions présentant une résistance anormalement élevée, et le deuxième permet de détecter une éventuelle transition résistive symétrique. Le calendrier a été examiné de façon à définir des priorités entre ces deux éléments, qui doivent tous deux être mise en place avant le redémarrage fin septembre de cette année.

Cet examen a également porté sur différents points, tels que les détails techniques de la mise en place du nouveau système, la performance de celui-ci en exploitation et la robustesse du dispositif après des années de service.

Le groupe a établi un rapport préliminaire, dans lequel il fait part des ses constatations : « Les équipes chargées de la protection de la machine ont montré une compréhension approfondie des questions liées à la conception du système de détection des connexions à résistance élevée. » Le groupe est « convaincu que le nouveau système aura la capacité de donner rapidement l’alerte en cas de connexions suspectes, présentant une résistance mesurée de l’ordre de 1 nano-ohm. » Par ailleurs, « le système de protection contre les transitions résistives symétriques, une fois sa conception terminée, sera en mesure de détecter les transitions à un niveau deux fois supérieur au niveau de détection normal. »

On trouvera plus de précisions sur ce rapport, ainsi que sur le système de protection renforcée contre les transitions résistives, dans le prochain numéro du Bulletin.

Le secteur 6-7 est à présent ramené à température ambiante et les travaux d’ouverture des interconnexions entre l’aimant défectueux et ses voisins ont commencé. L’aimant en question, qui présente une résistance élevée au niveau d’une connexion interne, sera retiré et inspecté.

Le premier prototype du nouveau système d’ancrage destiné à certaines des sections droites courtes a été installé sur un des aimants dans le tunnel. Les nouveaux supports sont destinés à renforcer les sections droites courtes comportant des barrières à vide.

Lors de l’incident survenu en septembre dernier dans le secteur 3-4, la pression exercée par l’hélium sur les barrières à vide avait fait sortir certaines sections droites courtes de leur ancrage, ce qui avait occasionné des dommages secondaires à une certaine distance à partir du point d’origine de l’incident. Comme le nouveau dispositif de protection contre la surpression, le nouveau système d’ancrage fait partie du programme de consolidation de la machine.

La production démarrera dès que le feu vert sera donné. Le nouveau système sera installé in situ sur tous les aimants concernés, 104 au total.

Examen du système de protection contre les transitions résistives

La semaine dernière, le système de protection renforcée contre les transitions résistives a fait l’objet d’un examen complet par un groupe d’experts issus d’autres laboratoires de physique des hautes énergies dans le monde, notamment les laboratoires FNAL et BNL (États-Unis), DESY (Allemagne) et ITER.

Ce système de protection renforcée contre les transitions est constitué de deux éléments séparés : le premier permet de protéger les aimants en détectant les connexions présentant une résistance anormalement élevée, et le deuxième permet de détecter une éventuelle transition résistive symétrique. Le calendrier a été examiné de façon à définir des priorités entre ces deux éléments, qui doivent tous deux être mise en place avant le redémarrage fin septembre de cette année.

Cet examen a également porté sur différents points, tels que les détails techniques de la mise en place du nouveau système, la performance de celui-ci en exploitation et la robustesse du dispositif après des années de service.

Le groupe a établi un rapport préliminaire, dans lequel il fait part des ses constatations : « Les équipes chargées de la protection de la machine ont montré une compréhension approfondie des questions liées à la conception du système de détection des connexions à résistance élevée. » Le groupe est « convaincu que le nouveau système aura la capacité de donner rapidement l’alerte en cas de connexions suspectes, présentant une résistance mesurée de l’ordre de 1 nano-ohm. » Par ailleurs, « le système de protection contre les transitions résistives symétriques, une fois sa conception terminée, sera en mesure de détecter les transitions à un niveau deux fois supérieur au niveau de détection normal. »

On trouvera plus de précisions sur ce rapport, ainsi que sur le système de protection renforcée contre les transitions résistives, dans le prochain numéro du Bulletin.

 

© Copyright CERN 2014 - CERN Publications, DG-CO